Friday, 25 April 2014

L’Union européenne de l’énergie : une patate chaude pour Berlin ?

La nouvelle est explosive est pourtant personne ne s'en est saisi : la France et la Pologne, ou plutôt l’envers (car ce fut à l’initiative du Premier ministre polonais Donald Tusk, qui a énoncé son projet dans le Financial Times), ont décide jeudi 24 avril, à Paris, de démarrer l’Union européenne de l’énergie.

Une entité communautaire qui, écrit le quotidien roumain Adevărul, "assurerait l’approvisionnement en ressources énergétiques de tous les 28 états membres".

C’est, très clair, un petit affront à l’adresse de Moscou, du géant russe de l'énergie Gazprom, mais aussi, remarque Ovidiu Nahoi, sur son blog sur le site du quotidien bucarestois, "une patate chaude posée directement dans la main de l’Allemagne". Car, si le "panier énergétique commun serait à la faveur des plusieurs pays européens, il ne serait pas une bonne nouvelle pour Berlin, qui a des accords avantageux avec la Russie".

Eh bien, se réjouit le quotidien roumain (qui incite d'ailleurs Bucarest à rejoindre ce projet, plutôt que de continuer à s’empêtrer les pieds dans la sempiternelle discussion franco-roumaine sur les Roms), l’invitation du Premier ministre polonais à Paris par le président François Hollande, et la décision de rejoindre la Pologne dans ce projet, signifie un retour de la France sur la scène européenne, au moment où l’amitié franco-allemande bat de l'aile, et où l'Allemagne "entend jouer seule le rôle du leader européen".

Reste une seule question : quand et comment cette décision entrera sur l’agenda européen…

No comments:

Post a Comment