Monday, 3 March 2014

Sept idées fausses sur la crise en Ukraine

Ce qui est remarquable dans l’histoire de l’humanité c’est que les nations, les peuples, les leaders, reproduisent chaque fois les mêmes erreurs, et à chaque renouvellement elles, ces erreurs, sont reçues avec le même regard incrédule. Emil Cioran s’en était fait avec cette idée, mais nous, l’acceptons-nous ?
L’argument humanitaire du président Poutine ne tient pas la route, signale, à Bucarest, l’historien Armand Gosu, dans un article publié par le site cursdeguvernare.ro. Et il explique :
le 17 septembre 1939, Staline a ordonné l’occupation de l’est polonais, l’accord avec Hitler étant fixé par le pacte Ribbentrop-Molotov. Dans une note adressée à l’ambassade polonaise de Moscou, le gouvernement soviétique affirmait ne pas pouvant tolérer que des frères ukrainiens et biélorusses qui vivent sur le territoire polonais soient abandonnés sans aucune protection. Le même scénario en 2008, lors de l’attaque sur la Géorgie, le même maintenant, en Crimée.
Il y a-t-il encore un sens à chercher le comment et le pourquoi, vu que l’histoire ne fait que, encore, se répéter ?
Pour Alina Mungiu-Pippidi, les choses sont très simples et ce qui se passe de l’autre côté de la Mer Noire peut être vu dans plusieurs registres, mais surtout catalogué en sept idées erronées sur la crise en Ukraine.

Ainsi, l'analyste politique énumère dans le quotidien România libera, les sept fausses idées sur l'Ukraine:
  • La Russie n’a pas envahi la Crimée, car elle l’avait déjà sous son contrôle.
  • En jeu sont la souveraineté de l’Ukraine et le contrôle sur la Crimée ; c’est faux, elles sont déjà perdues. Si les Ukrainiens veulent vraiment entrer en UE ils devront le faire sans la Crimée. La Crimée ne leur appartient pas, en jeu étant maintenant la dignité européenne et notre capacité à nous défendre, et à défendre le droit à la démocratie, avec une option pour l’UE.
  • La nation ukrainienne n’existe pas…c’est totalement faux, car c’est ce sentiment national ukrainien qui a mené à indépendance de l’Ukraine en 1991.
  • La démocratie est intégralement bonne et ramène à la surface que le meilleur. Faux encore, car la démocratie fait ressortir les identités ethniques et les conflits que les régimes totalitaires contrôlaient.
  • Dire qu’en Europe les frontières ne changent pas c’est faux, leur malléabilité est permanente.
  • Ce n’est pas non plus un conflit entre l’Occident et la Russie, la preuve qu’à Sotchi tout le monde est allé faire du sport.
  • La Troisième Guerre Mondiale partira de là-bas. Ce n’est pas sûr, mais ce qui est sûr c’est que la guerre froide est là, et plus il y aura des sanctions plus elle durera. Nous devons par contre tenir bon non pas pour la Crimée, pour l’Ukraine byzantine, mais pour Kiev, Lvov et Cernauti. Je crois très sincèrement que l’Ukraine n’a jamais eu plus de capital sympathie que maintenant.

No comments:

Post a Comment