Monday, 23 December 2013

Quel avenir dans l’Espagne des conservateurs?

“L’Espagne de Franco plus dure que la Roumanie de Ceausescu. Le drame de femmes espagnoles a été ravivé le 20 décembre”, écrit à Bucarest Adevărul. Le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a adopté un projet de loi qui prévoit une autorisation d’avortement pour seulement deux cas: si une interruption de grossesse est nécessaire en raison d’un grave danger pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou si la grossesse est une conséquence d’un délit contre la liberté ou l’intégrité sexuelle de la femme.

Le quotidien bucarestois rappelle que le passé des droits civils des femmes en Espagne a été marqué par des interdictions constantes, qui semblaient être arrivées à leur fin en 1975 (date de la mort du général Francisco Franco). Mais le 20 décembre, le gouvernement espagnol a enlevé un droit fondamental des femmes : celui de décider sur leur propre corps, en interdisant les avortements.
Après la mort de Franco, les réformes ont été mises en œuvre pas à pas. [..] Pensant à ce triste chapitre, qui a sa place quelque part dans l’histoire, mais non dans le présent que l’Europe revendique comme un étalon de l’égalité en droit, la décision de vendredi du gouvernement conservateur espagnol d’interdire les avortements mérite d’être considérée un regrettable retour dans le temps.
A son tour, le quotidien espagnol El País explique que dans la majorité des pays européens “l’avortement est un droit”. En 20 des 28 états de l’UE, la femme peut décider interrompre sa grossesse librement, sans donner des raisons, jusqu'à une certaine limite de temps. Le journal espagnol souligne que dans d’autres pays, comme l’Irlande ou la Pologne, où les lois concernant les avortements supposent des limitations, les femmes voyagent pour pouvoir faire des interruptions.

4 comments:

  1. Gracias a los conservadores en España caminamos hacia atrás como los cangrejos. Sólo nos queda resucitar a Franco y cambiar la Constitución por la Biblia.

    ReplyDelete
  2. Si tratta in pratica di modificare lo statuto della donna. Da madre volenterosa diventa incubatrice obbligatoria.
    Alternative ? Aborto all'estero, ma è costoso. Cosa allora ? Il ritorno del ago da maglia ? I calci nella pancia ? Il parto "sotto x" (anonimato della madre) ? visto che lo Stato da l'obbligo di portare a termine la gravidenza che se lo cresca lui il bambino... Il suicidio ?

    ReplyDelete
  3. If there is a person in charge of this law of "madmen" who does not satisfy anybody, he is the secretary of Justice , his main function was to assure an independent justice, but his pathetic project of law, aiming to reform the juridic system, has made the Justice being more dependent on the power of parties; his abortion law is a reflect of his obtuse and retrograde mentality, as he would like the Spaniards to be, which demonstrates the little success of the Mr. Rajoy for supporting it in his post.
    Because the only intention of his abortion law is to create a political disorder, to publish it before Christmas leaving a smoking curtain that will distract the comments.
    His absurd law tries to forbid pregnant women abortions, even in cases of incorrect fetus formations; it will be just in cae of life incompatibility that the woman will be able to abort. I have met mothers that continued forward and some years later they recognize their mistake with resignation.

    ReplyDelete